Chaosmos

Sculpture de Roberto Sebastian Antonio Matta Echaurren
Skulptur Chaosmos von Roberto Matta
Photo: Nic Tenwiggenhorn, Berlin

Informations sur la sculpture

Artiste
Roberto Sebastian Antonio Matta Echaurren
Sculpture
Chaosmos
Matériel

Bronze

Taille

180 x 92 x 38 cm

Année d'origine

1970

Skulptur Chaosmos von Roberto Matta
Photo: Nic Tenwiggenhorn, Berlin
Skulptur Chaosmos von Roberto Matta
Photo: Nic Tenwiggenhorn, Berlin
Skulptur Chaosmos von Roberto Matta
Photo: Nic Tenwiggenhorn, Berlin

Pour Matta, qui a été formé à la pensée et à l'imagination architecturales, il s'agissait déjà très tôt - dans les années 1930 - de s'affirmer à l'opposé, de laisser tomber la structure spatiale fixe ainsi que les formes corporelles fermées et fonctionnelles et de rechercher et de capturer au contraire des séquences et des mouvements fluides, des formes corporelles changeantes et des conceptions imprévisibles. Dans ses dessins et ses peintures, Matta réussit à faire entrer le corps et l'espace ou les espaces dans un continuum de changement constant de formes transitoires momentanément capturées. L'espace pictural devient ainsi une galaxie, un espace mondial des phénomènes les plus divers et les plus transitoires.

Le caractère visionnaire des peintures spatiales de Matta, qui ont été redessinées à plusieurs reprises au cours de nombreuses décennies, semble avoir déjà trouvé une pleine acceptation dans la conscience générale, s'il est vrai que Matta est censé être le "peintre de la guerre des étoiles" (W. Schmied, 1981).

Le sculpteur Matta n'a pas ces possibilités. Au lieu de cela, des limites lui sont fixées. La chose sculpturale reste un véritable corps dans l'espace et son unité diffère en principe de toutes les choses peintes de son riche monde d'apparence par son isolement et sa fermeture, par sa lourdeur et par ses limites physiques.

Le titre semble être conçu comme une antithèse provocatrice : CHAOSMOS, avec sa terminologie universelle, d'autant plus que deux affirmations contradictoires, à savoir chaos = désordre et cosmos = ordre, sont ici combinées de manière ludique et pourtant avec une surprenante compréhension de soi. Le chaos universel et l'ordre universel doivent s'exprimer dans cet organisme en même temps.

Et qui plus est : le principe rationnel de la fusion synthétique des principes antithétiques coïncide ici avec le plaisir surréaliste du hasard et sa possibilité de combinaison surprenante d'entités étrangères et aléatoires et la tendance inhérente à un gaspillage excessif. Dans les peintures, cette tendance est facile à suivre. En sculpture, Matta doit se limiter intelligemment afin d'arriver à des déclarations comparables.

CHAOSMOS nous confronte en tant que structure essentiellement zoomorphe de la corporéité polype, dont l'évidement apparent contraste clairement avec la forme variée de sa surface.

En fait, ce corps semble n'être constitué que d'un mur, qui vit doucement et changeamment gonflé, ouvert et croisé. Sans aucune force de retenue, il suit - seulement fugitivement fixé - un grand mouvement généralement fluide. À la surface, qui se gonfle et se dégonfle alternativement, sont assis, comme dispersés au hasard, de petits "parasites" sphériques, dont les parties saillantes de la forme sont dorées et qui nous regardent comme des êtres au visage rouge. Ils sont beaucoup plus concrets dans leur forme et leur aspect que la grande structure elle-même et semblent ornementalement simplifiés et fonctionnalisés, dans leur forme et leur expression comme de petites sangsues sur la grande surface du dos d'un homme musclé.
En fait, la créature polype présente des caractéristiques anthropomorphiques, un très grand visage avec une énorme bouche large sur un minuscule haut du corps et des jambes encore plus petites et raccourcies. Les choses mêmes qui caractérisent notre physicalité, notre autosuffisance, notre formation symétrique, notre constructivité et nos proportions, sont complètement absentes de cette sculpture. C'est apparemment par hasard, bien que de manière très impressionnante, que le trait anthropomorphe est mis en avant par la grande "expression faciale" prononcée.

Cette combinaison plastique de différentes apparences corporelles rappelle les vieux hommes olmèques de la culture précolombienne d'Amérique centrale. Le bébé âgé ou le vieil homme au visage de bébé saute le temps dans un sens simple et soulève l'idée d'une simultanéité de passage et de devenir. Cette sculpture doit être comprise comme un design au sens transitif. Le moment génératif ne réside pas seulement dans la rencontre de différents corps, mais dans le physique lui-même en tant qu'image en devenir imprégnée de différents moments, qui est essentiellement le processus et l'apparence.

Gruppenfoto anläßlich einer Ausstellung in der Galerie Pierre Matisse, März 1942.

Photo de groupe à l'occasion d'une exposition à la galerie Pierre Matisse, mars 1942.

De gauche à droite, rangée du bas : Matta Echaurren, Ossip Zadkine, Yves Tanguy, Max Ernst, Marc Chagall, Fernand Léger ; rangée du haut : André Breton, Piet Mondrian, André Masson, Amédée Ozenfant, Jacques Lipchitz, Pavel Tchelitchew, Kurt Seligmann, Eugene Berman. Photo : Georges Platt Lynes de : Matta, édité par Wieland Schmied, 1991.

Roberto Sebastian Antonio Matta Echaurren

Biographie et carrière artistique
11.11.1911
est né à Santiago du Chili. Ses parents sont d'origine hispano-franco-basque. Matta a fait ses études dans une école de jésuites et a ensuite étudié l'architecture à l'université catholique de Santiago

1932

Diplôme avec le projet architectural utopique "League of Religions"

1933

Voyage en Europe

1934

Paris, Matta travaille dans le bureau d'architecture de Le Corbusier sur les projets de la "Ville radieuse".

1936

Voyage à Berlin (Jeux olympiques), Helsinki, Bruxelles, Barcelone, Londres et Stockholm. Là, à la fin de l'année, le scénario du film imaginaire "La Terre est un homme" est écrit en 162 scènes dans un hôtel. Contact avec Garcia Lorca à Madrid.

1937

Paris. Travaux sur le pavillon espagnol à l'exposition universelle. Rencontre avec Pablo Picasso, Salvador Dali et André Breton. Admission dans le groupe surréaliste. Exposition de dessins

1938

Le premier tableau de Matta est créé à Trevignon, en Bretagne

1939

Emigration nach USA zusammen mit Yves Tanguy

1940

Premières expositions à New York

1942

Contact étroit avec les artistes J. Pollock, A. Gorky, W. Baziotes, entre autres. Expositions à la galerie Pierre Matisse, New York

1948

Retour en Europe. Séjour à Rome et, depuis 1954, à nouveau à Paris

1955

Participation à la IIIe Biennale de Sao Paulo

1956

Fresque murale pour le bâtiment de l'Unesco à Paris. Début d'une série d'expositions à la Galerie du Dragon

1957

Première rétrospective au Museum of Modern Art, New York, sous la direction de William S. Rubin. Exposition de sculptures à la galerie Pierre Matisse, New York.

1959

Première exposition individuelle en Allemagne. Participation à la IIe Documenta à Kassel. Première rétrospective en Europe au Moderna Museet, Stockholm.

1960

Premières expositions de sculptures de grande taille à la Galerie du Dragon, Paris

1963/64

Voyage à Cuba. Rétrospectives à Bologne, Düsseldorf, Vienne, Amsterdam, Bruxelles et Mannheim III Documenta Kassel

1965

Matta choisit Tarquinia en Italie comme lieu supplémentaire pour vivre et travailler.

1967

Manifestations contre la guerre du Vietnam. Travail avec des étudiants en art de l'Université de La Havane, Cuba.

1970/71

Rétrospective à la Galerie nationale de Berlin. Voyage en Afrique et au Chili. Rencontre avec Fidel Castro

1974

Rétrospective importante dans la Kestner-Gesellschaft, Hanovre

1975/77

Nombreuses expositions personnelles en Amérique latine et en Europe. 3ème contribution de la Documenta

1981

Participation aux grandes expositions "A New Spirit in Painting", Londres et MParis-Paris", Paris

1982

Lors du "Congrès pour l'autonomie culturelle de notre Amérique" à Managua, Matta devient membre permanent du conseil d'administration. Reinhard Onnasch organise une exposition Matta à Berlin.

1985

Grande rétrospective au Centre Pompidou à Paris

1987

La sculpture monumentale "Eramen" est présentée au Musée des Arts Décoratifs de Paris

1988

Rétrospective au Palazzo Venezia, Rome. Exposition de dessins au Musée de Bochum

1991

À l'occasion de la grande exposition de la Kunsthalle der Hypo-Kulturstiftung Munich et du Kunstkreis Wien, une monographie complète est publiée, éditée et introduite par Wieland Schmied, avec des textes de René Magritte, Gordon Onslow Ford, Max Ernst, André Breton, Marcel Duchamp, Henri Michaux et Octavio Paz.

1993

Exposition au Musée d'art de Yokohama, Japon

1994

Exposition au Musée d'art et d'histoire, Beifort, peinture, dessin, sculpture

1997

Ausstellung im Museum für Kunst und Geschichte, Beifort, Malerei, Zeichnung, Skulptur

1999

Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid

2000/01

El ano de los tres 000, Fundacion Telefonica,Santiago du Chili. Hôtel de Ville de Bruxelles, peinture, dessin, sculpture

Publication "Roberto Sebastian Antonio Matta Echaurren"

Chaosmos
En allemand et en anglais
Avec le catalogue d'inventaire de la collection de sculptures au moment de la publication.
Viersen 2002
Prix de détail : 10 €
ISBN 3-9805339-5-9
disponible sur la boutique en ligneAcheter maintenant